Biodiversités et Jardins

Un nid pour le printemps

C'est le moment d'installer des nichoirs pour les oiseaux dans votre jardin! Comme ce nichoir installé dans un jardin du réseau Mon Bio Jardin.

Le printemps est en avance et il ne faut plus tarder pour les installer, de préférence avec l'ouverture face au sud.

N'oubliez pas que les Mésanges sont des alliées des jardiniers. Par exemple, un couple de Mésange charbonnière en nidification capture environ 1800 insectes et chenilles par jour.

Un nichoir pour le printemps (c) OBIOS.

Facebook Mon Bio Jardin

Conférences sur les sols

Le Laboratoire Analyes Microbiologiques Sols (LAMS) de Lydia et Claude Bourguignon participe a une série de conférences sur la biologie des sols organisées par différents partenaires. Les lieux et dates des conférences sont notées sur le site du LAMS.

Schéma faune du sol LAMS

Pour s'informer :

Le livre "Le sol, la terre et les champs"

Un jardin écologique ?

Le 22 novembre, OBIOS présente une conférence-débat sur le thème du jardin écologique pour le Groupe d'Etudes de Développement et d'Animation Rurale (GEDAR) de l'île d'Oléron.

 

GEDAR

Vallon de Ration

Le Vallon de Ration est un espace naturel qui accueille des jardins familiaux en plein cœur de la ville de Royan, tout proche du marais de Pousseau. La Ville de Royan, propriétaire de cet espace, a confié à OBIOS la mission d’évaluer les enjeux environnementaux afin d’engager une réflexion autour d’une gestion écologique de ces jardins. OBIOS y a réalisé une étude transversale, similaire à celle du jardin du poète à Meschers-sur-Gironde, afin de mieux comprendre les caractéristiques écologiques du site et les pratiques de jardinage à travers l’étude de sa biodiversité.

La végétation spontanée permet de qualifier une grande partie du Vallon de Ration de zone humide. La faune épigée du sol et les vers de terre sont moins abondants dans les potagers que dans la prairie voisine, tout particulièrement dans les potagers anciens. La présence d’espèces bio-indicatrices (invertébrés aquatiques dans les fossés et plantes spontanées dans les potagers) montrent une contamination par des polluants. Certaines pratiques comme les labourages profonds, l’utilisation de produits phytosanitaires, le manque de couverture végétale sur le sol ou les fauches fréquentes des roselières sont responsables d’une perte de qualité des habitats et d’une diminution de la biodiversité. Cependant, plusieurs espèces de vertébrés comme le Crapaud commun ou des Chauves-souris fréquentent ce site pour se nourrir ou se reproduire.

Les différents aspects de la biodiversité du Vallon de Ration, ainsi qu’une enquête sur les pratiques et les attentes des jardiniers, permettront d’accompagner la mise en place d’un jardinage respectueux de l’environnement et de la biodiversité, notamment par la mise en place d’une charte de bonnes pratiques, de fiches techniques et d’ateliers.

Pour en savoir plus

Jardin du poète

A Meschers-sur-Gironde, le Conservatoire du Littoral a acquis un terrain en bordure de la forêt de Suzac, ancien jardin privé dans une petite zone humide au lieu-dit de l’étang, entre Serres et Le Compin. La vocation de ce terrain, nommé le jardin du poète, serait de mettre en place un jardinage proche du jardinage biologique, avec des jardins sociaux respectueux de l’environnement et de la biodiversité, en collaboration avec le Centre Socio-Culturel de Meschers-sur-Gironde et l’association OBIOS. Dans ce cadre, OBIOS a réalisé une étude transversale « du sol aux chauves-souris » afin d’évaluer la biodiversité, de caractériser les habitats et le sol des futurs potagers.

Elle a notamment permis de découvrir une population de Salamandre tachetée qui se reproduit dans la mare et les fossés du jardin du poète. La structure et la nature du sol vont conditionner la façon de cultiver dans les potagers ainsi que les fruits et légumes qui vont pouvoir s’y développer. Les analyses réalisées ont montrées que le sol est argileux et compact en profondeur mais fertile en surface, avec une faune de la surface du sol particulièrement riche et abondante. La richesse du sol en azote entraîne une croissance rapide des feuilles et des tiges mais rend la fructification et la formation de bulbes difficiles. Il conviendra donc, dans un premier temps, d’éviter les apports en azote et de privilégier les légumes à feuilles comme les salades, les choux, le céleri, la rhubarbe ou encore des plantes aromatiques comme la ciboulette, le persil ou la menthe.

Pour préparer l’accueil des jardiniers, différents chantiers ont été réalisés afin de créer des parcelles pour des jardins sociaux et des jardins pédagogiques.

Pour en savoir plus

Potager de Marie-Elisabeth dans le jardin du poète