Actualités Biodiversités

Nouveau cri d'alarme des scientifiques

Faisant suite à l'alerte du Sommet de la Terre de Rio en 1992, plus de quinze mille scientifiques originaires de 184 pays ont publié une tribune afin de mettre en garde l'humanité contre la destruction rapide du monde naturel.

Ils alertent du danger de voir l'humanité pousser "les écosystèmes au-delà de leur capacités à entretenir le tissu de la vie" et rappelent "Nous devons prendre conscience, aussi bien dans nos vies quotidiennes que dans nos institutions gouvernementales, que la Terre, avec toute la vie qu’elle recèle, est notre seul foyer".

Sources :

BioScience: World scientists' warning to humanity : a second notice

Alliance of world scientists : L'alerte des scientifiques du monde à l'humanité : un deuxième avis

Le Monde : Le cri d'alarme de quinze mille scientifiques sur l'état de la planète

Le Monde: Climat : Le mode de développement à "l'occidentale" est en cause autant que la démographie

Disparition des insectes

Une étude récente met en évidence le déclin dramatique de la biomasse en insectes volants dans les aires naturelles protégées d'Allemagne. En seulement 27 ans, la biomasse annuelle moyenne a diminué de 76%  et jusqu'à 82% lors du pic estival d'après 63 sites étudiés.

Cette étude conforte les déclins déjà connus des papillons et abeilles et suggère que l'ensemble de la communauté des insectes volants a connu un fort déclin au cours des dernières décennies.

En France, une étude dite "syndrome du pare-brise" avait également été menée par l'INRA, dans les Vosges et la région de Fontainebleau, montrant déjà le délcin de ces insectes volants, entre les années 80 et 2000.

L'une des principales causes serait les pratiques d'agricultures intensives, et tout particulièrement l'emploi de pesticides.

Source:

PlosOne : More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas

Libération: Insectes : 1001 pertes

Le Monde : En trente ans, près de 80% des insectes auraient disparu en Europe

Forêts sauvages

Les paysages forestiers intacts (Intact Forest Landscape) sont des paysages naturels boisés, d'au moins 500 km², sans trace majeure d'activité humaine. Ces forêts intactes ont un rôle important de stockage de carbone, de régulation des régimes hydrologiques et d'accueil de la biodiversité, notamment d'espèces autochtones qui nécessitent un grand territoire de vie.

Ces vastes forêts non morcellées et non dégradées sont de plus en plus rares sur la planète. Elles sont quasiment absentes en Europe et dans la zone tempérée, subsistant principalement en zone boréale et en zone tropicale.

Une étude récente a fait un bilan de l'évolution de ces forêts entre 2000 et 2013 grâce à l'utilisation d'images satellites: leur surface a diminué de 7,2% et leur dégradation s'accélère au fil des années. Ces dégradations sont dues aux exploitations forestières, agricultures intensives, infrastructures industrielles ou routières, propagation de feux... et sont les plus marquées dans les régions tropicales.

Cette étude a mis en évidence le non respect des parcelles de forêt intactes à l'intérieur de concessions bénéficiant de labels environnementaux, notamment en Afrique, au contraire des aires protégées qui semblent efficaces pour protéger ces forêts.

                 Golbal forest watch c le monde

Sources:

Science Advance : The last frontiers of wilderness : tracking loss of intact forest landscapes from 2000 to 2013

Le Monde planète : Le monde des forêts sauvages recule rapidement

Greenpeace : Intact Forest Landscapes Why it is crucial to protect them from industrial exploitation

COP22

La 22ème Conférence des Nations Unis sur le climat (COP22), organisée à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016, vient de s'achever. Elle avait pour objectif de préciser la mise en oeuvre de l'Accord de Paris qui doit limiter le réchauffement climatique à 2°C à partir de 2020.

L'accord de principe des Etats a été confirmé, à l'exception de l'incertitude concernant les Etats-Unis, mais les questions du financement de l'adaptation des pays du Sud, d'une taxe carbone, de l'agriculture, d'actions concrètes et rapides n'ont pas été résolues.

Des dynamiques concrètes et positives animées par des régions, villes, associations ou entreprises existent mais restent localisées. Une action globale nécessite une modification du cadre réglementaire et une cohérence, par exemple concernant les subventions et aides publiques accordées aux énergies fossiles.

Les pays africains et insulaires, déjà confrontés aux conséquences du réchauffement climatique, souhaitent un engagement plus important des pays riches responsables de la majorité des émissions de gaz à effet de serre.

Des règles pour la limitation du réchauffement climatique devraient être finalisées en 2018, lors de la COP24, avec la présentation des plans climatiques nationaux.

Logo cop22 vf

Sources:

Reseau Action Climat France : COP 22 A Marrakech, mais où étaient les états?

Le Monde : COP 22 Les négociations climatiques mettent le cap sur 2018

Libération : Clap de fin sur le sommet climat de Marrakech, dans l'ombre de Trump

Sud Ouest : Des promesses malgré Trump